La profession d’huissier

En France, nous comptons aujourd’hui plus de 3200 huissiers de justice.

Dans la vie courante, nous assimilons cet officier ministériel à l’expulsion et au recouvrement des créances.

Vu sous cet angle,  l’huissier n’est pas le métier le plus apprécié et le plus attractif. Mais, il serait malvenu de se limiter à ces tâches peu réjouissantes qui ne représentent pas la majeure partie de leur travail.

En réalité, c’est un professionnel du droit qui réalise des actes très diversifiés.

Le métier

Dans un premier temps, l’huissier a un rôle informatif.

Il prévient les citoyens qu’une action en justice est engagée à leur encontre.  Pour se faire, l’huissier remet au justiciable une convocation.  Cette convocation prend la forme d’une assignation (civile) ou d’une citation (pénale). Ensuite, il transmet le jugement aux  personnes intéressées.

Dans un second temps, l’huissier a un rôle d’exécutant.

En tant qu’officier ministériel, il doit veiller au respect des décisions de justice. Il intervient et tente tout d’abord de trouver des solutions amiables avec les débiteurs.

Par exemple, en cas de défaut de paiement d’un locataire, il propose d’échelonner les versements avec l’accord du créancier… A défaut, il procéde au recouvrement forcé des créances ou à l’expulsion des locataires en cas d’impayés.

Un autre aspect du travail de l’huissier consiste à établir des constats. Il dresse toute sorte de constat permettant à des citoyens de constituer des preuves afin d’obtenir la réparation d’un préjudice (produit défectueux, état des lieux…). Le constat d’huissier représente une preuve ultime permettant de se prévaloir d’un droit devant les juridictions.

L’huissier a également d’autres missions ponctuelles telles que l’organisation de ventes aux enchères, la validation d’un jeu (loterie).

Les qualités requises

Être huissier, c’est avant tout être humain, qui a un bon sens relationnel et qui sait s’adapter à toute situation.

Il faut un savoir écouter.

Fort en négociation, il doit au quotidien concilier des parties et faire preuve de diplomatie.

L’accès à la profession

Pour devenir Huissier, il faut d’abord être titulaire Bac + 4, un master 1 en droit ou tout autre diplôme équivalent.  A la suite du Master 1, il existe une formation spécifique de deux ans se constituant d’un stage professionnelle dans un étude ainsi qu’un enseignement théorique assuré par la Chambre de Huissier.

A l’issue de cette formation, il faut passer un concours final. Il s’agit d’un concours très sélectif (environ 25% de réussite).

Parallèlement  à cette formation, il est conseillé de passer le certificat de clerc d’expert dispensé par l’Ecole nationale de procédure.

Alors être huissier, ça vous tente?

 

Commentaires